lundi 20 juin 2016

Un instant !!!!

Hello ! Les jours filent à une vitesse ! Je n'ai même pas le temps de dire "ouf", que mille choses s'insèrent à un post entamé !

Ce post est commencé depuis plusieurs semaines mais je n'ai jamais eu le temps de le finir, du coup beaucoup de choses se sont rajoutées (et encore, j'ai zappé des trucs ! Mais bon, je pense pas qu'on m'en voudra de ne pas avoir mis un compte-rendu du film Angry Birds ! xD).

(*un peu, **beaucoup, ***passionnément, ****à la folie, °pas du tout)

Gyakuten Saiban (l'anime - en cours -, 2016) **
Les fans du jeu en rêvaient, ils l'ont fait ! Après la sortie du jeu avec les ancêtres de Phoenix (au Japon bien sûr), et en attendant le 6e volet de notre avocat préféré (peut-être bientôt en Europe, espérons...), Capcom nous sert maintenant l'anime de Phoenix Wright ! Au moment où j'écris, je n'ai vu que les épisodes sortis, c'est-à-dire jusqu'à l'épisode 12. La première "phase" est finie après le dernier grand procès de ces épisodes. Les non-initiés vont certainement détester mais les fans de la première heure en auront pour leur compte. La réalisation manque d'inspiration car elle se calque beaucoup sur le jeu. Il n'y a d'ailleurs qu'à l'épisode 12 qu'ils commencent à s'en détacher ! Sinon l'animation et les dessins sont moyens et assez inégaux malheureusement... C'est vraiment une série pour les 100 % fans en fait. Mais c'est très fidèle et bien drôle parfois ! Enfin c'est un détail mais j'aime beaucoup le fait d'avoir mis un cartable sur le dos à Phoenix, ça accentue son côté "écolier" et petit garçon !

Child of Light (Jeu PC, Ubisoft, 2014) ***
Bizarrement je ne connaissais pas du tout l'existence de ce jeu RPG avant qu'on ne m'en parle il y a quelques mois !! Je suis pourtant friande de ce genre de jeu !! En tout cas ça a été une merveilleuse découverte car cette œuvre est juste magnifique !!!! Les graphismes, les décors, l'histoire mais surtout les musiques (signées Cœur de Pirate dont je ne suis pourtant pas particulièrement fan) sont sublimes !! Le côté aquarelle des décors est vraiment bien utilisé. En plus c'est un jeu assez court, donc y a qu'à se lancer ! (Le jeu est sorti sur plusieurs consoles. J'y ai joué sur PC pour ma part. J'ai noté quelques bugs mais rien de grave.)

Mais qu'est-ce que Child of Light ? C'est la quête intérieure de la Princesse Aurora qui tombe gravement malade. Son père, le Duc, se meurt de chagrin pour sa fille. Elle va voyager dans un monde où elle rencontrera d'étranges créatures qui deviendront ses alliés. Son ennemi est la sorcière Umbra, autrement sa belle-mère dans le monde réel.

C'est un jeu assez simple niveau cheminement et plutôt stratégique dans les combats (tout est mis en place pour ne pas que vos personnages meurent !). Je pense que tout le monde peut y jouer, un peu comme le jeu Journey. Et comme je ne peux pas y résister, je vous mets le trailer !



Le petit Lord Fauntleroy (Frances H. Burnett, 1886) **
J'avais vu la série animée quand elle était passée chez les Minikeums (on est la minikeum génération !!) et je connaissais Princesse Sarah ainsi que son livre original mais je n'avais jamais lu le roman Le petit Lord. Je suis à chaque fois émerveillée par le travail des adaptations japonaises sur des grands classiques de la littérature pour la jeunesse car c'est toujours très fidèle à l’œuvre tout en créant un nouvel univers. L'histoire est donc celle de Cedric, petit Américain dans l'âme, qui va partir pour l'Angleterre afin de devenir le digne héritier de son grand-père paternel qu'il n'a jamais connu (celui-ci a déshérité le père de Cedric parce qu'il s'est marié avec une Américaine). La générosité et la gentillesse du petit garçon pourront-elles changer le vieux Lord, aigri et bourru ? Le roman se lit vite et bien, avec beaucoup de rebondissements à la fin. Bref, voici une bonne petite lecture !

Les Vestiges du Jour (Kazuo Ishiguro, 1989) ***
Voici un roman qui m'a toujours intriguée et je suis bien contente de l'avoir enfin découvert ! Je n'avais jamais rien lu de cet auteur (japonais mais écrivant dans la langue de Shakespeare, sa langue d'adoption). Je n'avais vu que le film Never let me go (Auprès de moi toujours) que j'avais plutôt bien aimé. Il y avait déjà un univers et une ambiance propre à l'auteur. En tout cas j'ai adoré sa façon de raconter (et encore, comme je lis en traduction, j'imagine qu'en VO ça doit être encore plus beau). Pour l'histoire, James Stevens est un majordome qui s'est toujours entièrement voué au bon fonctionnement du domaine de ses maîtres, sans juger leurs idéaux. Cela posera problème lorsque son premier maître organisera des dîners où des personnalités historiques, proches du nazisme, seront conviées... A côté de cela, il côtoie une gouvernante au fort tempérament qui ne le laisse pas indifférent mais il obéira toujours à ses principes de droiture, quitte à y laisser des regrets...

Les Vestiges du Jour est donc un magnifique roman qui se laisse lire et emporte son lecteur à travers les pensées du narrateur. D'habitude je n'aime pas trop les romans non linéaires, mais là c'est raconté avec tellement de subtilité et de sobriété que j'ai totalement adhéré. A l'image de son protagoniste, c'est le genre de roman qui ne dit jamais rien d'explicite, le lecteur doit lire entre les lignes et dans les dialogues pour comprendre les agissements et les sentiments des personnages. Bref, c'est un beau roman qui aborde beaucoup de thèmes que j'apprécie.

Les Vestiges du Jour (film de James Ivory avec Anthony Hopkins et Emma Thompson, 1993) **
Après avoir lu le livre, j'ai donc pu voir le film de James Ivory, avec deux supers acteurs dans les rôles principaux ! Je l'ai trouvé fidèle et beau à regarder. C'est évidemment toujours difficile d'adapter à l'écran un récit non linéaire mais le réalisateur a fait un travail intéressant de ce côté-là. Une des scènes finales qui opposent les deux protagonistes est encore plus cruelle que dans le livre, je crois ! Sinon je le conseille à ceux qui aiment la série Downton Abbey !

Le Mystère de Listerdale (Agatha Christie, recueil de douze nouvelles, 1934) **
J'aime beaucoup quand la Reine du crime utilise le format de la nouvelle ! Même en quelques pages, elle arrive toujours à nous surprendre, à nous faire rire ou à présenter des personnages attachants. La nouvelle que j'ai préféré est certainement "L'Aventure de Mr Eastwood", avec la meilleure chute du recueil je pense !

Le Crime est notre affaire, Associés contre le crime, Mon petit doigt m'a dit, Le Cheval à bascule (Agatha Christie, 1929 ~ 1973), aventures avec Tommy et Tuppence Beresford **
J'avais déjà rencontré Tommy et Tuppence, il y a des années, dans les romans Mr Brown et N ou M, où je n'avais pas forcément accroché à ces personnages. Ils étaient, jusque là, loin d'être mes détectives préférés d'Agatha Christie. D'ailleurs c'est bien pour cela que je n'ai lu leurs aventures qu'après avoir terminé les romans avec Hercule Poirot puis Miss Marple. Mais j'ai beaucoup aimé Le Crime est notre affaire et Associés contre le crime qui se composent plus ou moins de nouvelles (car il y a tout de même un fil rouge). Ce couple de héros nous change des éternels célibataires endurcis que sont Poirot et Marple ! Le ton est aussi plus léger mais ça se lit toujours aussi bien. A lire pour décompresser !

Distant Worlds Music from Final Fantasy (au Grand Rex) ***
Le retour du concert avec les musiques orchestrales des jeux Final Fantasy a fait son retour en France au Grand Rex ! Je crois que j'étais déjà en larmes dès les 15 premières minutes (avec le thème de "Terra" dans FF6) !! En fait c'était plus nostalgique qu'autre chose, je crois ! Je me revoyais en train de découvrir et de jouer à ce jeu sur mon vieil ordi il y a de cela plusieurs années... Et partager ça avec un orchestre et des personnes qui adorent les jeux, c'était trop beau !! Sinon je pense honnêtement qu'il faudrait arrêter de jouer les musiques après le 10, car ensuite, peu de personnes connaissent les jeux sortis. Ils en font d'ailleurs beaucoup en guise de promotion... Heureusement que je connais quand même les musiques des autres grâce au jeu "Theatrhythm"... Mais je suis toujours heureuse de revoir le compositeur Nobuo Uematsu sur scène !!

Tartuffe (à la Comédie Française) *
Ça faisait un moment que je n'avais pas vu de pièce de théâtre classique mais comme on m'a proposé d'aller voir ce Tartuffe, je me suis dit, "pourquoi pas ?" Je n'ai jamais été aussi près de la scène, je crois (2e rang) ! Ça m'a laissée le loisir d'admirer les costumes qui étaient assez réussis malgré le mélange de styles et de siècles (ça va du XVIIe au contemporain). Sinon pour la pièce en elle-même, j'avoue que j'ai eu du mal à entrer dedans et à me replonger dans la difficile langue de Molière du XVIIe siècle. On est tellement habitué à la prose et au langage courant que notre cerveau devient vite fainéant face à un texte travaillé en alexandrins... Il y avait quelques passages drôles mais dans l'ensemble c'était un peu longuet et la scène finale était assez étrange dans cette mise en scène.

Giselle (Adam, Perrot-Coralli, ballet en 2 actes à l'Opéra Garnier) ****
Enfin le retour de Giselle à Garnier !! Quel dommage de programmer si peu de grands ballets classiques à l'Opéra de Paris ! En plus ce chef-d'œuvre chorégraphique d'1 h 40 passe décidément trop vite ! L'acte 1 se regarde avec délice avec ses danses paysannes, et l'acte 2 se suit avec admiration, perdu dans la forêt avec ces figures fantomatiques que sont les Wilis. L'Orchestre des Lauréats du Conservatoire accompagne dignement le ballet. Certains ont été durs avec eux, mais il faut bien que la relève se forge. Bref, Giselle, c'est le must du ballet romantique. A découvrir, absolument !

Et un aperçu du final en vidéo, pour une fois que l'Opéra de Paris nous offre un teaser digne de ce nom (l'orchestre s'est amélioré en fin de série tout de même) !



Aïda (Verdi, opéra en 4 actes à l'Opéra Bastille) **
Après La Traviata l'année dernière (?), je découvre l'autre chef-d’œuvre de Verdi, Aïda, que je découvrais totalement. Je connaissais les grandes lignes mais ça m'a suffi pour suivre l'intrigue (les opéras sont quand même plus faciles à suivre que les ballets, vu qu'il y a du texte). Ce sera mon seul et unique opéra de la saison, les autres ne m'intéressant pas plus que ça et surtout mon budget ne me permettant plus de suivre les hausses de tarifs de l'Opéra de Paris (qui ne cesse de clamer hypocritement que l'Opéra veut s'ouvrir à tous !).

Bref, pour parler de l’œuvre en elle-même j'ai vraiment beaucoup aimé. On retrouve beaucoup d'éléments de tragédie grecque. Aïda, c'est un peu le mixte de la Bayadère et de Antigone : un triangle amoureux, des scènes de crêpage de chignons, un soldat que l'on veut marier de force, une servante amoureuse, des dilemmes politiques et familiaux, une scène finale dans un tombeau... Dans cette mise en scène, ils ont pris le parti de transformer le conflit égyptien/éthiopien en conflit autrichien/italien si j'ai bien compris. Ça se défend, mais comme je le disais dans mes anciens posts, j'aimerais bien, une bonne fois pour toutes, découvrir un opéra dans une mise en scène classique... Cela dit les décors étaient impressionnants malgré quelques couacs dus à la magie du direct. Les deux cantatrices principales ont été ovationnées mais là je ne m'y connais pas assez pour aller plus loin dans mes impressions (même si le chant lyrique et les belles voix sont toujours saisissants à écouter !). J'adore les chants en chœur et il y en a pas mal dans Aïda, donc un bon point en plus !


Voilà, pfiou, ce que c'était long !! Il faut que je me force à tenir plus régulièrement ce blog pour ne pas perdre la main et entasser les choses ! xD

Allez, à bientôt ! J'espère avoir de bonnes et grandes nouvelles à annoncer par ici pour la prochaine fois !! ^O^