lundi 18 juin 2012

Déjà/enfin juin !

(Voici un post que j'ai commencé il y a un moment mais que je complète seulement aujourd'hui.)

Je lis : Les Soeurs Grimm de Michael Buckley
J'écoute : Elsa "T'en vas pas"

Tout est dans le titre ! Je n'ai pas eu une seule journée à moi pour faire mon dessin du mois alors que j'ai des idées d'illustrations pour une fois !!! Et quelque part je suis trèèès heureuse que le mois de juin démarre car cela veut dire que j'en aurai fini avec mon stage à la fin du mois, et ça, pour ceux qui me connaissent, ils le savent, ça va énormément me soulager. Mais je ne veux franchement pas en parler sur mon blog. Non, non, on ne me harcèle pas, on n'est même pas méchant avec moi, au contraire, c'est juste que je m'y ennuie énormément et que je n'ai pas les mêmes perspectives que les personnes de la boîte.

Pour ce qui est de ce blog, je n'avais pas non plus la prétention de poster un dessin à chaque post (j'adorerai !!!!) mais j'ai un besoin de "papoter" sur ce que je lis/vois/aime (ou pas). Je suis donc retournée au ciné dernièrement et voici ce que j'ai vu : (échelle : j'ai aimé... * un peu/** beaucoup/*** passionnément/XXX pas du tout)


Les Adieux à la Reine : *
Mouaif. Le film m'intéressait car on a beaucoup polémiqué dessus "insultant, calomnieux envers Marie-Antoinette". Je me suis demandée pourquoi et en allant voir le film j'ai en effet compris (mais je me doutais que ça tournait autour de ce sujet si sensible qui a touché Marie-Antoinette à l'époque)... En tout cas c'était plutôt moyen, Léa Seydoux reste l'actrice la plus inexpressive du monde surpassant presque Kristen Stewart. Les décors et les costumes étaient beaux, Diane Krüger en Marie-Antoinette, pourquoi pas ? Mais euh, c'est tout. En tout cas ce n'est pas du tout l'idée que je me faisais de la Reine (psychologiquement je veux dire, même si je sais que le roman de base insiste sur le caractère fictionnel de l'intrigue). Ici, Marie-Antoinette est lunatique, amorphe et proche d’Alzheimer. Bref, un film français qu'on va vite oublier.


Hunger Games : **
Très bonne surprise que ce film !! J'ai beaucoup aimé dans l'ensemble et j'attends les suites sagement. Pour patienter je vais peut-être lire les livres. En tout cas les 2h20 passent très bien. J'aime bien le visage atypique et la beauté singulière de l'actrice principale, ça nous change des canons hollywoodiens d'aujourd'hui. Que "Hunger Games" ait marché, je le comprends, que "Twilight" ait eu un tel succès, je ne le comprendrai jamais... Car évidemment on ne peut s'empêcher de penser à l'autre série à succès des années 2000. On en retrouve certaines traces concernant le triangle amoureux (le 2e garçon, brun et ténébreux qui va ressurgir dans le 2e volet pour faire battre le cœur de l'héroïne). Enfin, le film est parfois violent et choquant (pour une œuvre qui se dit pour les adolescent/jeunes adultes, je veux dire) mais bon plus rien ne me surprendra maintenant. Et dire que moi à 15 ans je lisais sagement mes classiques... xD


Blanche Neige et le Chasseur : *
Un film sans âme et sans émotion, ni drôle, ni flippant, ni larmoyant : je suis restée très indifférente à vrai dire. J'ai l'impression que c'était plus : "Regardez ce qu'on sait faire en effets spéciaux à chaque plan du film !!" Et puis c'est loooong et leeeent, on s'ennuie au bout d'un moment... Blanche Neige a une psychologie proche de zéro, le regard vide et inexpressif de Kristen Stewart n'aidant pas... Bref, c'était plutôt moyen.

Trishna : **
Je suis partagée par cette adaptation moderne de Tess of the d'Urbervilles de Thomas Hardy version indienne. Le réalisateur a décidé de faire l'amalgame des deux personnages masculins du roman (Alec et Angel) en la personne de Jay, l'indien londonien qui tombe sous le charme de la paysanne Trishna/Tess. Mélange de drame social, romantisme et érotisme s'entrelacent tragiquement à la confusion du spectateur. Le comportement de Trishna n'en devient que plus ambigu ou incohérent (ou encore indécis) pour certains. On a envie de lui demander en la secouant "Mais tu l'aimes ou tu l'aimes pas ?!!" ):@ Je suis tout de même contente qu'ils aient crédité Thomas Hardy au générique car certaines adaptations modernes d’œuvres littéraires ne s'en donnent parfois pas la peine. Bon par contre, ce n'est pas un film qui respire la joie, la fin est horrible (pire que dans le roman je crois). En tout cas j'ai trouvé le début de romance bien mené : deux indiens "beaux comme le jour" (je reprends l'expression du mag UGC) tombent amoureux et bravent les interdits sociaux pour vivre ensemble leur passion. Malheureusement ça tourne à la descente aux enfers on ne sait plus pourquoi ni comment. Bref, conseil d'ami : n'allez pas le voir si vous êtes déprimé !

Prochaine sortie ciné : je vais certainement allée voir "Bel-Ami" avec... Robert Pattaimsson. Réussite ou navet ? Je vous en parlerai de toute façon. ;)

Voilà, je retourne à mes petites occupations de la journée. J'ai des illustrations en tête mais il ne me manque plus que le temps et la force !